Régions Est Constantine
 

Lycée Ahmed Bey de Constantine

L’établissement dans un état de délabrement avancé

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 13.09.17 | 12h00 Réagissez

Des parents d’élèves, des enseignants et des élèves du lycée Ahmed Bey, situé à Stah El Mansourah, sont montés au créneau pour dénoncer l’état qu’ils qualifient de «délabrement avancé» dans lequel se trouve actuellement cet établissement.

Un état de dégradation qui ne permet pas, selon eux, d’accueillir cette année encore dans de bonnes conditions les quelque 800 élèves qui y sont inscrits. Ces derniers évoquent à ce propos des problèmes d’étanchéité non résolus depuis des années au niveau des classes situées au troisième étage et également du réfectoire du lycée, à telle enseigne que les plafonds de ces salles risquent, préviennent-ils, de s’écrouler à tout moment. Nos interlocuteurs soulèvent en outre d’autres problèmes, comme des vitres brisées jamais remplacées, ou juste rafistolées avec du contre-plaqué, les portes des salles qui ne ferment plus, ainsi que des problèmes d’électricité, notamment les prises hors d’usage dans certaines salles, ce qui rend impossible l’utilisation de moyens didactiques, comme le data show, pour les enseignants.

Toutes ces difficultés ont été portées à la connaissance des responsables de la direction de l’éducation à maintes reprises, assurent-ils, mais sans qu’aucune mesure ait été prise pour y remédier. Les enseignants du lycée Ahmed Bey s’interrogent d’autre part sur le fait que leur établissement n’ait jamais bénéficié, depuis son ouverture au début des années 1980, d’opérations de réhabilitation de grande envergure à l’instar d’autres situés en ville, comme les lycées Redha Houhou, Tarek Ibn Ziad, Ali Bousshaba, ou tout récemment Tahar Harrat, pour ne citer que ceux-là. Il serait utile de souligner, par ailleurs, les très mauvais résultats obtenus cette année en termes de réussite au baccalauréat par les élèves de ce lycée, lequel s’est classé à une très peu reluisante 63e place sur les 66 établissements du troisième palier que compte la wilaya. L’état de délabrement dans lequel il se trouve n’est certainement pas l’unique raison de cet échec, mais il est fort probable, et au vu des conditions dans lesquelles évoluent ses élèves, qu’il n’en soit pas entièrement étranger.    

F. Raoui
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...